LES ARTICLES DE PRESSE 2002
Voir les articles des autres années : 2001 / 2002 / 2003 / 2004
L'Est Républicain du 18/03/2002
Salvati, à l'unanimité

David Salvati et Fabien Lacan ont livé un formidable duel, terminant main dans la main avant que le vésulien ne reçoive sa permission de sortie pour décrocher le record.

GRAY.-Salué par un chaud soleil, ce qui n'est pas si courant sur cette épreuve,la dix-septième édition de la compétition organisée par André Antoine et son équipe s'est révélée être la Fête du printemps que désiraient tant les dirigeants graylois.
Un championnat régional (le 10 km) de haut-niveau, un nombre record de participation (près de 1.800 concurrents sur la totalité des épreuves), de la sportivité, du panache aussi, tout était réuni pour contribuer à la réussite de l'événement.
A commencer par le championnat régional de 10 km de courses hors-stade. Et si tous les ténors de la spécialité s'étaient donnés rendez-vous sur ce parcours, au point même de faire de l'ombre au semi-marathon programmé dans la foulée, il y eu bien David Salvati, Fabien Lacan...et les autres dimanche après-midi aux Bouicles de la Saône.

Le record en plus
Le speaker de l'épreuve l'avait bien compris qui n'en finissait plus de commenter le mano-a-mano que se livraient les deux coureurs. Sur le papier Lacan (Alès) avait les faveurs du pronostic, ne srait-ce qu'en raison de son bon classement aux championnats de France où il avait fini 16ème. Mais le coureur du GAHS, David Salvati, pour ainsi dire sur ses terres, n'avait rien à lui envier en ce jour. Mais c'était bien le seul dans une course qui aura duré en tout et pour tout deux kilomètres, vis-à-vis du suspense s'entend. Deux kilomètres, peut-être un peu moins, c'est la distance qui aura été nécessaire au duo, encore accompagné de Younès Charid (FC Sochaux), le vainqueur de Lure la semaine passée, pour faire la différence avec le gros de la troupe.
A 20 km/h dans les bosses, à plus de 22km/h sur les rives de la Saône, Charid finissait par renoncer à suivre les deux fous-furieux qui caracolaient en tête. On le comprend.
Du nanan, pour le commentateur qui faisait monter la pression chez les spectateurs massés sur la ligne d'arrivée en annonçant par avance un sprint dont on allait parler dans les annales. Pas de chance, la sportivité, le respect mutuel, l'emportaient sur la victoire à tout prix. Et c'est main dans la main que Salvati et Lacan franchissaient les cent derniers mètres, juste avant le poteau d'arrivée que Salvati atteignait en vainqueur avec la bénédiction de l'ex-Dolois, raflant au passage un record (30'47) établi l'an dernier par son coéquipier Philippe Pinot. Superbe. On en arrivait presque à oublier que dans le semi-marathon Sickler et Breney eux-aussi se lançaient un sacré défi que le premier nommé finissait par emporter.

" Humble "
· David Savati (GAHS vainqueur du 10km et champion régional) : " Il faut remettre les choses à leur place.. Aux championnats de France, Fabien (Lacan) fait 16ème alors que je suis 27ème , c"est dans ce genre d"échéance qu"on voit vraiement les hommes forts. Ceci dit, je suis satisfait de ma course. Mais il faut rester humble, Lacan était un peu fatigué sur cette épreuve. Maintenant place à la piste. "
· Fabien Lacan (Alés, secon du 10km) : " J"avais coupé après les championnats nationaux de cross. J"étais un peu juste aujourd"hui. David était plus fort que moi, je lui ai dit de partir. Il n"en a pas rajouté même s"il était mieux. Maintenant j"ai besoin de récupérer. "
· Younès Charid (FCSochaux, troisième du 10km) : " A partir du cinquième kilomètre c"est devenu vraiment difficile. En venant ici, et même si j"avais gagné à Lure, je savais que je ne pouvais pas faire mieux que troisième. Je ne suis pas un spécialiste de cette distance. De toute manière il n"est pas facile de rivaliser avec de tels coureurs. "
· Christian Sickler (Bologne, vainqueur du semi-marathon) : " J"ai bénéficié du transfert de tous les favoris sur le dix km. Tant mieux pour moi. Depuis quelques années je finissais 5 ou 6ème de cette épreuve. Je gagne aujourd"hui mais je m"étais préparé en conséquence. Breney m"a donné un sérieux coup de main sur le parcours retour, contre le vent, en prenant des relais. "
La course endeuillée

Un accident rarissime (11 cas par an sur les 5000 épreuves hors-stade organisées en France) est venu gâcher la course hier. Philippe Baudry, domicilié à Besançon et licencié en individuel, est décédé d'un accident cardiaque alors qu'il terminait le semi-marathon. Immédiatement assisté par un médecin de Fougerolles qui courait dans sa foulée, puis par les spécialistes du SMUR, le coureur bisontin n'a malheureusement pu être sauvé.


L'Est Républicain du 12/03/2002
" UNE HISTOIRE A ECRIRE "


Pour sa troisième année d'existence, le 10 km des Boucles de la Saône servira de support au championnat de Franche-Comté. Antoine André fait le point.

A Gray, on a toujours en tête la dernière édition des Boucles de la Saône. Les inondations qui avaient touché la sous-préfecture haute-saônoise en 2001 avaient entraîné un léger lifting :parcours du dix kilomètres allongé de quelques hectomètres (10,215 km), le semi-marathon réduit d'un kilomètre (20.185 km)...
Inutile de préciser que ces deux courses avaient en même temps perdu leur label classant et qualificatif pour les championnats de France. Triste.
Un an après, sorte de revanche sur le sort, André Antoine et son équipe se sont vus confier l'organisation des " Régionaux " de 10 km. Entretien.

-André, on imagine que vous croisez les doigts pour que le temps demeure clément d'ici dimanche....
-l'an passé, nous avions connu des conditions climatiques exécrables. Mais les autres années, nous avons rarement été épargnés par la pluie.
Pourtant, je persiste à penser que nous sommes idéalement placés dans le calendrier. Nous n'avons aucune concurrence en Côte d'Or, et la saison de cross est teminée depuis une dizaine de jours. Les athlètes sont affûtés.
-Quelques jours avant l'épreuve, savez-vous déjà si les meilleurs spécialistes régionaux seront présents dimanche ?
-championnat de Franche-Comté oblige, on devrait voir du beau monde, dimanche à Gray. François Châtelet m'a confié que David Salvati (GAHS) pourrait être présent s'il a bien récupéré de sa saison de cross.Philippe Pinot et le graylois Chéret, sont eux aussi annoncés.
-Et du côté du FCSM ?
-Au téléphone, Gaston Prétot m'a expliqué qu'il n'avait pas encore arrêté sa liste. Mais il m'a parlé de Stéphane Joly, Younes Charid, Eric Laureillard ou encore Djamel Kenane...Le record de l'épreuve va être pulvérisé. Surtout que le 10 km n'a que trois ans d'existence, toute son histoire est encore à écrire.
-Cela signifie-t-il que le 21 km va être mis de côté cette année ?
-Exceptionnellement oui. Mais dès la prochaine édition, le semi-marathon redeviendra la course prioritaire. Sans doute, dimanche, ne verra-t-on pas Simo Elmezoued, vainqueur en 2000 et 2001.Mais cela se comprend : le peu de primes que nous distribuons sera, cette année, dirigé vers le 10 km.
-Mettre sur pied un championnat de Franche-Comté est-il compatible avec l'organisation d'une épreuve de masse ?
-On tient des statistiques. En termes d'inscriptions, nous sommes à l'heure actuelle sur les mêmes bases qu'en 2001, année du record. Nous avions enregistrés 1.648 concurrents toutes catégories confondues. Notre priorité, c'est la masse. En dix ans, depuis que je suis président du comité d'organisation de l'épreuve, le nombre d'engagés a été multiplié par quatre. On ne peut que s'en réjouir...
On aimerait vraiment que les Boucles de la Saône deviennent une sorte de " Fête de Printemps ", dans laquelle la ville de Gray toute entière soit impliquée. Mais comptez sur nous, nous ne négligerons pas l'aspect sportif !

Recueilli par Bastien GORMOND

L'Est Républicain du 10 mars 2002
Six jours et les Boucles seront bouclées.

La 17ème édition de cette grande course réinvestira le secteur graylois le 17 mars. A l'approche du grand jour, les bénévoles sont plus que jamais dans les starting blocks.
C'est comme cela depuis 17 ans ! A pareil époque les organisateur du noyau dur des " Boucles ", qui se sont hissées depuis trois ans au rang prestigieux de seconde course de Franche-comté, sont toujours sur le qui-vive.
Si la compétence, le sérieux et savoir-faire de ces derniers en la matière n'est plus à faire, il n'empêche que ces compétiteurs chevronnés (c'est aussi ce qui contribue au succès de cette course organisée par des coureurs pour des coureurs) ne se reposent pas sur leurs lauriers.

Perfectionnistes

Voulant toujours faire mieux et plus, ces fondus du bitume, qui partagent leur passion, peaufinent dans les moindres détails d'année en année cet événement qui au-delà de l'épreuve sportive qui, rappelons-le, accueille anonymes et champions avec les mêmes égards, est aussi une grande fête où sport et générosité vont de pair.
Et force est de constater que le travail acharné des bénévoles, bénéficiant de l'appui logistique des communes traversées et le soutien de nombreux acteurs de la vie économique de Gray et ses environs, s'amplifie d'année en année. Et cela pour offrir aux marathoniens deux parcours plats de 10 et 21 km, deux épreuves à label FFA classantes et qualificatives aux championnats de France 2002, des primes, des roses, des diplômes, des lots de valeur et toujours plus de convivialité.
Cette année encore, à l'heure des inscriptions les bulletins arrivent toujours plus nombreux.
André Antoine, président du comité organisateur, se dit serein, ajoutant que les inscriptions sur le 10 km sont en augmentation.

Recherche de bénévoles

Chez Jean-luc Roux, l'informaticien des Boucles qui officie à ce poste depuis une bonne décennie, le moral est au beau fixe. Ce prof d'informatique au lycée Cournot qui est lui aussi un marathonien chevronné, a peaufiné au fil du temps son programme avec l'aide d'un ancien élève, Laurent Stocker. " Nous avons une bonne connaissance des Boucles et le matériel est de plus en plus performant " précise ce dernier en saisissant les nouvelles inscriptions, collectées la veille par Pacale Martin, la marathonienne grayloise dont les exploits et les défis en matière de courses à pied ont traversés bien des frontières.
Un instant plus tard à Chargey-les-gray, Roland Gaconnet, autre fondu des " Boucles ", en charge du traçage du parcours, fait part de ses impressions pour cette nouvelles édition : " Il faut que tout soit parfait, j"ai déjà 70 personnes qui seront affectées sur tout le parcours. Mais il en faudrait plus. On ne sait jamais, un imprévu de dernière minute et.... ", confie cet autre perfectionniste.
Sur la brêche le jour J, tout au long de la course, ce dernier patrouillera sans relâche du matin au soir, pour voir si chaque emplacement stratégique est tenu. " 80 barrières vont être mises en place sur l"axe de la déchetterie à Rigny, passage où cette année les coureurs se croiseront, il faudra contrôler ".
Comme ces collègues, il ne souhaite plus qu'une seule chose, " qu"il ne pleuve pas ! ".

Fabienne Henry

La presse de Gray du 17 janvier 2002

LE TRAVAIL DE FOURMI DES ORGANISATEURS DES BOUCLES

Rendez-vous le 17 mars pour cette grande fête populaire du sport et du printemps.

NON LES BOUCLES, ça ne dure pas qu'une seule journée. Non, les Boucles ce n'est pas que du sport. André Antoine, président du comité organisateur, voudrait bien que tous et toutes prennent conscience du travail de Titan que représentent les Boucles de la Saône mais aussi de cette ambiance particulière qui baigne les coureurs le jour J. "Je voudrais tellement qu'on prenne conscience de ce que représentent les Boucles en participation. On n'y arrive pas par hasard. C'est le fruit d'un travail."

A la tâche depuis le mois de novembre, une douzaine de personnes ont déjà mis au point le parcours, légèrement modifié cette année, relancé les sponsors, préparé les plaquettes officielles... Dans deux mois, le 17 mars, la dix-septième édition des Boucles aura cours. Dix-sept ans et les bénévoles ne s'essouflent toujours pas malgré l'ampleur de la tâche qui ne va pas en s'allégeant! Dix-sept ans qu'ils essaient d'innover pour mieux séduire les coureurs. "Mais cela demande de plus en plus de temps et de moyens", poursuit André Antoine.

Il y a les courriers régulièrement envoyés aux coureurs et aux annonceurs : 35.000 tirages par an. Cette année, les organisateurs ont aussi envoyé un diplôme à chaque arrivant. Le jour même, ce sont des dizaines et des dizaines de bénévoles qui sont présents au ravitaillement, au balisage...

"Il y a la qualité de l'accueil, la qualité des récompenses... Tout ça fait qu'on est différent des autres". Et tout ça fait que les participants reviennent chaque année et que les Boucles de la Saône et de Gray rayonnent bien au-delà de la région.

Cette année, le 10 km compte pour le championnat de Franche-Comté et les deux courses restent classantes et qualifiantes pour le championnat de France. Les organisateurs recherchent toujours des musiciens et des bénévoles. Vous aussi soyez de la fête !

L'Est Républicain du 13 janvier 2002

Encores plus belles !

Les organisateurs des 17ème Boucles de la Saône, le 17 mars, sont sur la brèche pour la préparation de cette grande fête du printemps et de la course à pied.

Le groupe d'amis et de bénévoles de cette grande course qui voit chaque année converger vers Gray toujours plus de fondus du bitume s'entretenaient sur cette 17ème édition qui s'annonce déjà sous les meilleurs cieux ! "Enfin on l'espère", déclarait André Antoine, le président du comité organisateur en se remémorant la dernière édition dont les parcours avaient dû être modifiés in extremis, suite aux fortes inondations qui sévissaient. Ce semi-marathon des Boucles de la Saône qui avait perdu son "label" et... quelques hectomètres avait quand même triomphé des eaux et, sur la ligne d'arrivée, ils étaient 1.648. Encore un succès, une belle expérience, certes pleine d'embûches mais ô combien riche de souvenirs... Une fois de plus, la preuve de la compétence, du sérieux et du savoir-faire de ces passionnés n'était plus à faire. Cette course qui bénéficie d'une solide réputation et figure en bonne place dans le "bipède", sorte de Gault-et-Millau des courses à pied avec depuis trois ans deux bornes, est hissée au rang prestigieux de seconde course de Franche-Comté. Connues de Marseille à Paris, "Les Boucles" ont su faire parler d'elles.

"On apprend à chaque nouvelle course", entendait-on dans la salle. "Notre leitmotiv est de faire mieux, y consacrer encore plus de temps et surtout avoir plus de moyens", confie André Antoine. Depuis le mois de novembre, ils ont sur le pied de guerre, entre la recherche de sponsors et la distribution de prospectus (4.500) et de nombreux courriers envoyés aux coureurs.

Par des coureurs, pour des coureurs

"Nous tenons compte de leurs remarques, ce qui nous permet de peaufiner chaque année le parcours", explique le président. On l'aura compris, le travail de titan qu'effectuent ces bénvoles, tous ou presque mordus du bitume, à l'image de la marathonienne Pascal Martin, fait de cette épreuve une course unique, organisée par des coureurs pour des coureurs.

Des nouveautés sont au programme de cette 17ème édition. "Nous avons modifié le 21 km, à cause des innondations sur le passage de la plage mais aussi en raison du parcours monotone de cette grande ligne droite où très peu de gens venaient encourager les coureurs.

Trajet plus attractif donc pour les coureurs, les spectateurs et autre joueurs de djembe, qui comme chaque année sont cordialement invités à encourager les marathoniens". Il est à noter que les deux courses 10 km et 21,1 km seront qualificatives pour le championnat de France.

Coup de... main

Sans conteste devenues l'événement du printemps graylois, les Boucles dont le succès relève d'un certain nombre d'énergies comme le savoir-faire de l'équipe organisatrice, l'appui logistique des communes traversées et le soutien des nombreux acteurs de la vie économique de Gray et ses environs, a besoin d'aide pour continuer. Qu'elle soit financière ou d'un autre ordre. Alors, si vous aussi vous vous sentez l'âme marathonienne, rejoignez-les !

Fabienne HENRY